Les 4 principaux obstacles au végétarisme et leurs solutions

Quelques soient vos motivations, vous pensez déjà depuis un certain temps à réduire votre consommation de viande, mais votre quotidien, vos habitudes ou vos contraintes personnelles ne vous permettent pas de vous y résoudre.

Quels sont ces obstacles et comment y faire face ?

La pression sociale

La nourriture est un lien social qui amène à des moments de partage. Aussi et surtout en France, la gastronomie tient une place prépondérante dans notre histoire et notre culture.

À vous justement de partager vos idéaux en faisant découvrir votre cuisine pour rendre ces moments agréables. Vous ne serez qu’une personne qui assume ses choix et qui sait, vous ferez peut-être des adeptes !

Dans les cas où vous êtes invité, il est rare de se retrouver face à des menus entièrement « viandards »et de repartir le ventre vide plein de culpabilité face à vos hôtes.

Au restaurant, il est de plus en plus courant de voir des cartes aux propositions végétariennes.

Aussi, libre à vous de vous adapter en tant que « flexitarien » face aux exceptions.

« Manger végétarien est un jeu d’enfant »

Le manque de connaissances

Il m’arrive de discuter avec des personnes qui souhaiteraient cuisiner végétarien pour eux-mêmes ou leur famille et qui se retrouvent souvent freinés par un manque d’inspiration souvent lié à un manque de connaissances.

Rien d’anormal puisqu’on nous apprend depuis la plus jeune enfance à manger équilibré selon la fameuse pyramide alimentaire. Selon ce modèle et pour résumer, une assiette doit être composée d’une part de glucides lents, de protéines (viande ou poisson), de légumes, d’un laitage et d’un fruit.

Comme j’ai pu déjà l’aborder dans un précèdent article, les recherches scientifiques dans le domaine de la nutrition ont amené à faire évoluer ce modèle pour l’adapter au végétarisme.

Je vous l’accorde, un peu de documentation est nécéssaire pour savoir où trouver vos protéines et nutriments indispensables. Mais je vous promets que si vous vous y intéressez et une fois ces quelques bases acquises, manger végétarien est un vrai jeu d’enfant.

Le temps

La notion du temps est souvent abordée mais elle reste selon moi tout aussi valable pour le régime omnivore. Et oui, cuisiner vous prendra un peu de temps mais n’est-ce pas meilleur ?

Je renvois aussi à la question du budget, restaurants et plats préparés ne rime pas vraiment avec économie…

Certaines légumineuses demandent quelques réflexes de trempage, pour vous éviter tous contretemps au moment de la cuisson, mais rien ne vous empêche de préparer plusieurs boîtes à l’avance. Conservées au réfrigérateur, vous pourrez organiser vos repas pour toute la semaine.

Les préjugés

Des idées préconçues sur le régime végétarien persistent comme la peur de tomber dans la monotonie ou encore d’élever un budget courses.

Il suffit pourtant de comparer les prix au kilo des légumineuses à celui de la viande ou du poisson.

Question routine, regardez les couleurs des rayonnages de légumes changeants au gré des saisons pour vous rendre compte qu’ils n’attendent que vous pour être incorporés à vos petits plats.

Avez vous déjà cuisiné le millet ? Depuis combien de temps n’avez-vous pas consommé de pois cassés ? Connaissez-vous le tempeh ?

Et vous, quelles sont vos difficultés ?

Réagissez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *