Végétarienne : comment rester zen avec l’entourage ?

Comment garder son sang froid face aux remarques des plus réfractaires qui s’exclament « mais maintenant que tu es enceinte tu vas au moins te remettre à manger : normalement ?! » ou encore « Et plus tard, tu comptes imposer ton régime alimentaire à ton enfant ?! « 

Il semble parfois que toutes mes explications avant mon état de future maman n’aient que trop peu intéressé ou bien qu’il y ait une sorte de résistance aux croyances bien ancrées « j’entends mais je ne peux pas l’intégrer ».

Mais ne reprochez pas aux bons élèves d’avoir bien appris leur leçon sur la pyramide alimentaire inculquée dès le plus jeune âge.

Aujourd’hui ces personnes me font sourire et même s’il n’est pas toujours évident d’être comprise, voici quelques astuces pour se sortir d’un repas de famille indemne en évitant un conflit diplomatique irréversible.

 

Option 1 : La paix

Ne rien dire aux personnes qui semblent être fermées sur le sujet, tout simplement pour avoir la paix. A quoi bon se battre avec les personnes arrêtées sur leurs idées qui ne veulent pas ouvrir leur champ de connaissances.

Option 2 : L’échange

Une ouverture à l’échange se profile ? j’aborde les sujets : Où trouve-ton les protéines ? La pyramide alimentaire, les sources, la qualité des protéines végétales, …etc.

Option 3 : L’humour

Mieux vaut l’humour face aux remarques plutôt qu’un sérieux plaidoyer en faveur des animaux ou de la nutrition au carnivore qui pense tout savoir sans s’informer.

Pensez à la dérision : avec les  « tu ne vas quand même pas imposer à ton enfant ta façon de manger ? » Répondez par exemple « bien sûr que non, il sera totalement libre, je pensais même lui laisser choisir son prénom quand il le pourra, tout comme sa religion ! »

 

N’est-il pas du rôle des parents que de vouloir donner le meilleur à son enfant ?

 

N’est-il pas justement du rôle des parents que de vouloir donner le meilleur à son enfant ? Les omnivores imposent bien le leur à leur façon. Dérivez alors le sujet en parlant de culture ou d’habitudes en prenant exemple sur certaines contrées du globe qui ne consomment aucunes viandes.

Etre végétarien n’est pas qu’une histoire de convictions mais aussi de santé. Et si je peux éviter autant que faire que se peut l’ingestion d’antibiotiques contenu dans le poulet ou le poisson d’élevage, ou bien encore le plomb contenu dans le saumon et le thon sauvage, c’est toujours ça d’épargné pour mon bébé !

 

« aucun extrême n’est bénéfique pour l’individu »

 

Pour ce qui est des repas conviviaux, inutile de se mettre à l’écart. Pour ma part, je ne lutte pas et mange comme tout le monde quand le choix n’est pas permis. Mais il arrive parfois que l’entourage joue le jeu et prépare des menus végétariens à mon grand plaisir !

Je pense qu’aucun extrême n’est bénéfique pour l’individu : Vous recherchez à tous prix la santé ou suivez vos convictions avec fermeté vous faisant perdre le lien social. Quand d’un autre côté, un régime carné sans retenu vous conduira certainement à quelques ennuis de santé sans jamais avoir remis en doute vos habitudes alimentaires.

 

Je reviens bientôt avec des idées de recettes pour maman végé (ou pas d’ailleurs)

Et vous ? N’hésitez pas à raconter votre expérience ou vos craintes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *